POINT DE SUSPENSION


 80 ANS... LE BON CONTE 274

POINT DE SUSPENSION

Une pointe acérée de cri crisse douloureusement sur sa langue humaine. Bonjour Madame, vous me reconnaissez, je suis une de vos anciennes élèves d’espagnol…Couac en sentence, contrepoint mal appris d’où jaillit la fausse note écrasant l’air d’une masse qui rend les mains impuissantes. Voici venue la guerre civile personnelle. Lorca n’en sera qu’exécuté une fois de plus. Le garrot hurle au loup. Sans pouvoir prendre la mesure, l’idée du gouffre se fait abyssale. La dame cherche son identité dans le foutoir de son sac qui vient de se répandre à taire. Je suis qui ? me jettent ses yeux en moulinets don quijote ? La foudre arme sa rafale. Combien de tant faut-il  pour réchauffer une guitare?

Niala-Loisobleu – 17 Février 2018

Francesca Solleville/Appelle-moi luciole


Je reviens d’ la pêche
Détruite
Je vis à l’affût
Comme on dit, pas vue
Pas priteJ’ vis entre deux eaux
Je bois des oiseaux
Pas sages
La montagne penche
L’été en revanche
SurnageAppelle-moi encore luciole
Chamois, parasol, Iroquois
Appelle-moi n’importe quoi
C’est qu’ tu m’appelles pas qui m’ désole {x2}

Je t’écris d’Ardèche
La plume un peu sèche
Plus d’ flotte
Un vieux mal aux dents
Et des sanglots dans
La glotte

Perdus les pétales
Ma carte postale
T’arrive
Je mange une liqueur
Je pense à ton cœur
Ta rive

Appelle-moi encore luciole
Soleil, tournesol, caïman
Appelle-moi n’importe comment
C’est qu’ tu m’appelles pas qui m’ désole {x2}

Je t’écris d’Ardèche
Je t’écris des flèches
Tout triste
Il pleut des touristes
L’église, l’artiste
S’enchriste

Il est vingt secondes
À l’horloge, il tombe
Des cordes
La Lune est en place
La fontaine en face
Déborde

Appelle-moi encore luciole
Cocktail, Malakoff ou whisky
Appelle-moi n’importe qui
C’est qu’ tu m’appelles pas qui m’ désole

Allain Leprest / Jean Ferrat

Test Amant au Point du Jour


315b0_34d8

Test Amant au Point du Jour

 

Nanti d’un fabuleux pouvoir de transcendance j’ai le moyen de remettre les apparences en ordre. Il y a urgence à veiller voir juste dans ces conditions atmosphériques particulièrement tourneboulantes.. La pensée positive fera boussole, Nord, barre en avant toute !

Un rideau  peut être tiré

l’accès n’a pas été cousu pour autant ses trous respirent, en particulier, ceux qui ont canalisé tes pensées. La présence pour se faire plus proche à besoin de feindre l’éloignement.

La vérité n’a pas pâli, l’absence de luminaire au grand jour est de saison, il faut sonder sous la peau où la flamme brûle en corps

pour retrouver les rails de traverse à l’abri dans la douceur harmonieuse des parures de dentelles

le sous-bois garde la force intime du sentiment au taillis d’une promesse faite.

Collé ton subconscient à la portière. Cherche, devine, trouve.

Par frôlement les tissus disposent les parfums à l’écart de l’escarbille du dysfonctionnement de la nature. Laissons-lui le disperssement des suies et autres scories.

De ton appendice soulève la lisère du tissu, Les antennes des longs frisons de l’aine te replaceront en pool position.

Niala-Loisobleu – 4 Janvier 2018

 

Illustration: Oeuvres surréalistes de Patrick Gonzalès

Prie-d’Yeux


232f57bc5031f6c26af91c1381636494

Prie-d’Yeux

Raide au porte-manteau

son vêtement oublié

pend les yeux ouverts

Passe son odeur plein les oreilles

chair humide

en vagues successives

pas à pas

 le papier-peint silhouette sur les murs

Elle ne sonne pas au heurtoir

du cadre

la porte restée ouverte

tient les fleurs fraîches en éveil

Niala-Loisobleu – 17 Novembre 2017

C’est de quel côté ?


71bef00401503c16f2780309133fdfca

C’est de quel côté ?

 

Un jour que je m’étais pris par la fenêtre du port, j’embarquais quelques îles lointaines en me servant du vain de palmiers, sans idées dévastatrices préalables. Fou à laisser de côté les bretelles de ma culotte, parce que n’ayant pas l’usage des voix à péage toujours à faire les marchés en guise de pouvoir.

C’est de quel côté ?

Ah, je ne pourrais trouver de question plus exhaustive, tant je me la suis fait poser à propos de tout et n’importe quoi. Mais en fait il n’y pas moins de restriction que dans cette question là. Parce qu’on vous la pose toujours en cherchant l’espoir.

J’éviterais, n’ayant pas l’éludication pour religion première, de me tailler une langue de bois. Que je suce. Ayant l’aperception pour pratique coutumière, afin de sortir de l’appareillage ambigu (manie en exercice chez les marins de con plaisance, qui font de la navigation sans se larguer du port, genre St-Trop)

Les contre-feux du discours sur la manière d’éduquer les enfants tant d’erreurs de français par semaine, allumés par les corporations-parentales resteront en dehors. Il n’y a pas plus de côté que de latin dans ce mélanagogue de purge.

L’espoir pour moi, c’est du côté où tu te tournes. et comme tu seras seul jusqu’au bout à pouvoir pourvoir à ton avenir, cherches pas de droite et de gauche, marche devant mon P’tit-Gars !

 

Niala-Loisobleu – 12 Octobre 2012

 

RALENTI


 Pentax Digital Camera

RALENTI

Fiché sur sa pointe de compas
Le temps oscille
Dans l’herbe mouillée le chêne a parachuté ses glands
Froidure de passage entre nudité et peau d’ours
Pas en corps le givre
El le feu en attente dans l’âtre
A la pointe des rochers  le désir se dresse
La vague en battant la base d’un mouvement perpétuel
Plage languie sous les pattes de l’oiseau de mer
Le silence s’étend sans vouloir entrer au sommeil du couchant
L’eau pure n’a jamais cessée de tomber
Sur le miroir de la fontaine luit le dessein du soleil
Les crevasses gardent tout l’hiver le frisson du printemps
Le temps ne se départit pas de sa promesse
Le coeur est resté battant au milieu des branches
Niala-Loisobleu – 5 Octobre 2017