ENTRE ACTES


134ff65a887d92f5d98f970e5c82c442

ENTRE ACTES

 

Je suis assis, la fenêtre est debout en plein ciel

sur le carrelage rouge une plante verte s’étire fort et vierge

le rideau fait une scène bucolique

côté jardin

tout doucement un trombone coulisse

bruits de tireuse, une odeur  seins tétiques précède la nourrice

halètements

la concierge est dans Lacour, ne pas déranger…

 

Niala-Loisobleu – 20/04/18

 

LA PORTE DE DERRIERE


IMG-0342

LA PORTE DE DERRIERE

 

J’emprunte ce titre à Alain Jouffroy, tant il va définir ce que j’ai besoin d’exposer dans ce moment d’entre deux. Cette partie qui succède l’oeuvre dernière et sera suivie de la prochaine, fantastique moment de dialogue dû au mûrissement. La réaction de ce qui a été lâché après un temps de gestation. Concept post-natal : la porte de derrière dans toute sa signification.

P1050633

JARDINS SUSPENDUS

https://lireditelle.wordpress.com/2018/04/18/les-mots-peints-jardins-suspendus/

La voilà la raison, pas le coupable, puisque je considère cette oeuvre comme un remarquable témoignage d’existence au sens intrinsèque du mot. Ambigu ce vocable, il contient la vie et la mort, mais ce que j’en montre ici transpire la force de la vie par la naissance. La seule gagnante. Et c’est bien là que tout repose, qu’est ce qui n’a pas cessé d’exister tant chez Barbara Auzou que chez moi-même pendant toute l’élaboration de l’oeuvre conjointe. Un besoin de laisser l’espoir prendre la main. Dans l’existence sue de tout ce qui peut lui être opposable, au sens de nos propres personnes comme au sens du quotidien en général. Ce tableau s’inscrit avec une maturité qui s’affirme au sein de L’Epoque 2018. Avènement. Sans aucun doute qui marque le vouloir d’un aboutissement en rompant avec le passé. Il se présente à un moment propice, la vie est  à nouveau menacée du chaos. Il faut quoi qu’il se passe dans l’inconsciente escalade du mal, que ce que nous avons voulu à l’écart de l’ordre dicté, se réalise en ce qui nous touche simplement. Hiroschima mon Amour…

La cascade de faits dérangeants forme sa colonne, envoie ses assauts, les agaceries se multiplient, maladie, changement brutaux, accidents de fonctionnement, formes de piratage qui incitent à abattre.Dur dur…

La première fois est sur le seuil

A nouveau, pour de bon le franchir, nous voici Artistes dans notre expression: poésie et peinture. L’Art pour sang, sève, souffle, cri et NAISSANCE !

Niala-Loisobleu – 19 Avril 2018

 

ROSEURS AURORALES


212548

ROSEURS AURORALES

La nature travestie , trahit le mensonge des jambes qui restent hors du tapis de la marelle. Butées de la voie empêchant d’hâler éclore. Le mal se confond plus souvent au bien dans un indicible profil. Je demande à mon tain de conduire à l’intérieur de mon image. Ne plus donner au tant perdu la majeure partie. Se défaire du passé. Mes yeux fatiguent à rester calés sur un point fixe. Dépasser l’aube, l’hiver permanent, le  brouillard qui pend en stalactites sur la corde linge. L’instant mort-né n’est que Jeûne. J’ai faim. Le jardin s’ébroue avec le chien, la cheminée enfile ses bottes, l’herbe mouillée indique l’estuaire, la montagne est derrière, devant c’est le large. Sous les pieds d’ici ma tête à l’envers de là, ne peut laisser mon coeur figer l’endroit de tout le bleu que fait la tonsure de la forêt en clairière. Un chat se glisse par la chatière en montrant le chiffon rose dans ses moustaches. Au moment où la colline a levé les bras la vallée a placé ses tertres de chaque côté du banc. Feuillées hôtes j’arrive.

Niala-Loisobleu – 13 Avril 2018

S……E


 

ca1e126d6b5b11d3e9132ffc7eb50516

S……E

 

Ouvrir l’Atelier dans un gris de ciel sans portes place une impression molle

il est clair que lorsque je l’ai fermé, bien qu’il faisait nuit noire, trouver la clef fut on ne peut plus facile vu la lumière qu’elle tenait en ailes

pas utile de puiser dans le souvenir, juste trouver le vitrail du rayon en complétant la formule magique

S……E

 

Niala-Loisobleu – 8 Avril 2018

 

LA CHAMBRE DANS L’ESPACE


 

 

IMG_2044

 

LA CHAMBRE DANS L’ESPACE

 

Tel le chant du ramier quand l’averse est prochaine – L’air se poudre de pluie, de soleil revenant –, je m’éveille lavé, je fonds en m’élevant ; je vendange le ciel novice.

Allongé contre toi, je meus ta liberté. Je suis un bloc de terre qui réclame sa fleur.

Est-il gorge menuisée plus radieuse que la tienne ? Demander c’est mourir !

L’aile de ton soupir met un duvet aux feuilles. Le trait de mon amour ferme ton fruit, le boit.

Je suis dans la grâce de ton visage que mes ténèbres couvrent de joie.

Comme il est beau ton cri qui me donne ton silence !

René Char

Les Matinaux, La Parole en archipel, © La Pléiade, p.372

 

 

 

La Peinture m’est , je suis Peinture depuis une naissance que je ne recopie pas mais crée jour après jour.

Foutue présence du son. La tôle frappée des pensées en couleur non retenue entraîne les stimuli sensoriels.

Derrière le papier-peint l’espace a le goût du plâtre. La fissure insinue l’air.

Marches-tu sur un fil ô Peinture funambule, qu’à peine mue, tes pieds me jettent leurs chansons aux paumes.

Bleu

Outremer

Cobalt

Phtallocyanine

Prusse

Coeruléum

Vos pierres aiguisées au fusil, allument un rai sous ma porte.

J’ai pu lire l’arc-en-ciel l’instant de l’éclair.

Mot à mot.

En courant sur la passerelle de ses voyelles.

Cadnium d’un escabeau jaune levé le premier.

Des rouges remuent aux queues des branches, déplaçant le suc sorti de la motte de tes reins adossés à l’espalier. Une nervure prometteuse à la ligne de la feuille.

Je dirais à tout le Monde comme je t’aime. A toi je tairais l’artificiel.

Mes mains iront écoper les sueurs de la canopée, pour ranimer les volcans éteints.

Pas besoin d’un silex. Il suffit que tu dégrafes tes aisselles pour que tes seins glissent.

Vas où la virginité indélébile regarde les viols s’auto-détruire. J’ai ta robe blanche à mes nuits pures.

Les arbres sont en orée des clairières. J’ai peint, je peindrai.

Pour limer la solitude stérile au ras des barreaux du lit des rivières.

Un rose tyrien émergé des fraises de ta poitrine. Pris à pleine bouche.

L’eau pure fait chanter tes battements de pieds.

Ecailles dépeignées tu bruisses aux branchies de mon oui.

Tu as aboli le temps. Empalant la pendule sur les aiguilles d’un maquis corse.

Ils seront aucun. Nous serons deux à comprendre l’auto-da-fé

Ma mer cobalt rejoint les ocres où les coraux se reproduisent. A pas lents d’une course océane.

Je t’aime partout

ma Muse m’y guide dans la transparence de ton rayon.

Je t’aime à la force du souffle qui me donne ton existence !

 

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2018

 

SEREINE CASCADE


dda57e86bae967dfcb878402a86f9b84

 

SEREINE CASCADE

 

Résurgence, des cailloux qui roulent en lapidaire dans la gorge

au-dessus de l’herbe d’une étendue rocheuse, où paissent des moutons amarrés haut

la voix guette sa sortie du tunnel.

Au-dessus des seins haletants, le soufflet retient la touche qui gonfle le son

murmure revient ouvre le jour d’un mot d’amour

le vent attisera la petite braise du royaume de cendre dans lequel les amants se lèvent

pour broyer le pigment à peindre la sérénité aqua r’ailes

 

Illustration: Peinture de Pierre Bonnard

 

Niala-Loisobleu – 6 Avril 2018