ae347dd5b6ae03a4df179f43a52af155

J’ENTENDS UNE RIVIERE

 

Tout en haut de ce moment, alors qu’alentour se dispersent les bancs de brume, nous voici au pied de celui sur lequel dans la ouate du matin nous nous étreignîmes dans le rite du bon jour.

Les méandres des vertèbres vont au-devant d’un retour à la case délivrance. En corps, en corps, répète cet oiseau de son cri joyeux, invisible caché dans le feuillu de son arbre qui porte un message en bruissant de nudité totale. Mettant son essence en clair.

Sont passés des cohortes sauvages, lanciers, sabres au clair dans une fantasia lâchant ses chevaux.

L’airain a fixé le balancement conjugué de la parade. Eclat d’un rai inondant la dalle. Quelque rite ancestral ramène le sacré au point de départ, quand aucun dogme n’avait pu s’en emparer. La nature de l’homme a tout l’instinct de l’animal, son intelligence vient d’être allumée par l’inné de l’amour.

Le rut fond la couleur du ciel dans les gaz que les cratères dispensent en lâchant leurs laves, la forme du cri est au plein du délié, le verbe s’exprimant par le tournoiement rythmé des seins fauve ses résonances ventrales, qui est l’autre ?

La question se répète en boucle….

Niala-Loisobleu – 21/05/18

VOL A VOILE


d44dc7006eb5df94f9b9438fca1abd0d

VOL A VOILE

 

Sa corde dans le saut, elle chantonnait au matin, petite fille remise au bon âge.

Le vert des étendues céréalières faisait rouler des ondulations jaunes dans la montée qui précède la récolte, curieusement accompagnée de cette odeur de terre ouverte que le soc au labour fait monter. En spirale ascendante les cormorans montaient en flèche pour mieux piquer au fond le lieu de pêche qu’ils voyaient grand ouvert sous leur ventre.

Et alentour tout dormait encore de cette incompatibilité qui désunit l’huile de l’eau.

Quand le nuage se disloqua dans les yeux de l’azur, des arbres dressaient leurs cimes sur la portée des guitares. Voix de chair sensuelle, la vie reprenait au refrain.

Au travers de ses mèches elle vit son front relayer le solaire du cadran, chanson de geste, quelques mots sautillants troubadours sur les tréteaux d’un théâtre ambulant gardé par les chiens du désir. Le jour gonflant la corolle de sa robe, elle se se laissa porté par les vents ascendants.

Niala-Loisobleu – 21/05/18

COIN DE VENT


94f166cf621a1e793ede44ce33af0945

COIN DE VENT

 

Seul le remuement de quelques feuilles laisse entendre qu’il y a une présence

La table garde un appui pour les coudes

mon épaule est à quai de ton cou

Au loin un voilier passe dans la fenêtre de la chambre

comme ta robe sourit

le chat  ronronne

 

Niala-Loisobleu – 20 Mai 2018

 

CHANT POUR LE JARDIN DE L’EAU


COPIED~1

CHANT POUR LE JARDIN DE L’EAU

L’eau inaugure le lieu

L’eau, âme libre venant à toi

du moindre obscur

Écoute l’eau

toi

qui passes cette porte

Premier pas

est l’amour

Tous les suivants

gravissent la mémoire

pour saluer les passants

Ici, nul étranger

Tous frères nous sommes

venus glorifier la pureté de l’eau

Ô souveraine

qui veilles à la pureté

n’oublie pas qu’entre tes mains

l’eau fait fleurir l’âme et coule jusqu’à l’infini
Rien ne te sépare de cet air

rien de ce silence

Que je touche une pousse

revient pour moi

à toucher l’étoile

Notre nature est la même

Ici. j’écoute les entrailles qui scandent

Écris le salut

écris l’absence

Si j’étais ici une fois

je serais toujours ici

Les plafonds ne sont pas moins hauts que le ciel

les branches pas plus lentes que l’aile d’une tourterelle

L’escalier qui conduit à ma chambre

mène aussi au théâtre des mots

Scrute cette lumière jaillissant de la pierre
Les coins écartés du jardin se rapprochent les uns des autres
Le courant d’eau les pousse dans la paix de la vasque solitaire

Lente, l’ombre avance

portant nos pas

vers ce que nous ne connaissons pas

Libère-toi de l’allégresse de la fin

Tu es voué à cette marche

d’une âme l’autre

et les revenants ne se rappellent plus qui tu es

Habite la chambre du silence

Comme un sourire retenu

les miroitements reproduisent

des fleurs jamais semblables

Le jardin accueille chaque fois les premiers souffles

A chaque pas

commence

la danse

L’Andalousie n’est pas un vocable
Regarde

ces couleurs de musique

ces traces

d’amants
Ne cherche pas d’autre lieu
Ici

est l’Andalousie de l’eau ton
Andalousie

Le jardin des déserts

recueille

mes amis errants

l’un

après l’autre

Ils sont ici

échangeant des coupes de vin

sans relâche

Les nuits se déversent

sur des pentes descendant

vers les vallées du silence

Mais les amis se réunissent ici

nuit

après nuit

jardin

désert

Mohammed Bennis

SOLSTICE


776e2a88a2c6e9cc8a297b87d9c533e1

SOLSTICE

Je suis assis au point haut, en bas dans le soleil de son jardin. Elle me dit ses mots qu’elle a mâché de menthe sauvage prise aux mauvaises herbes qui cherchent à gagner. Son ventre résonne plein ma tête à me caresser le coeur. Je l’entends, elle me dit à mots ouverts le passage proche

Je ne parle qu’en Bonne Foy…

Encore

Moi la nuée

Je consens

Moi l’étoile du soir

Je consens

Moi les grappes de mondes qui ont mûri

Je consens

tu connais mon nom Maria-B…

Quand se déposant du ciel d’un passage vocal le cri des oiseaux est entré comme le chant qui accompagne la levée.

 

Niala-Loisobleu – 19 Mai 2018