Le bonheur, ça vient de là !


IMG-0360

Le bonheur, ça vient de là !

Le caillou s’agite dans le creux de la poche. Au beffroi de ta poitrine ça s’est mis d’un coup à carillonner. J’appuie ta tête contre la mienne, les fleurs de ton corps sage sortent sur le devant des portes, la période de la fraise je la guarriguette du sein droit au sein gauche puis recommence en sens inverse. On est dans l’atelier que le soleil baigne. Tu es assise parterre. Ton regard envoie à la toile le bruit de tes sabots, pourtant tu es calme, ta main comme jointe à celle qui peint. Nous nous cherchons, nous inspirant en silence. Ce qui passe est créateur de vie. Les cathédrales sont montées haut à cause de leur tracé au sol. Un plan gravé en fondation, sans se préoccuper du quand se sera qu’on se promènera dans l’ogive, des morceaux de vitrail dans les toiles. L’aria est vierge. Le choeur vient de lui. Il y a des mots, en langue de jardins suspendus aux chapiteaux. Et dans les cordes du plus vieil instrument nous vibrons à l’unisson. Des fleurs se font belles pour venir, des fruits germent dans des ventres d’arbres, les maisons s’étalent en rondes, toutes fenêtres chantantes, des amoureux aux secrets d’alcôves passent à table en compagnie d’oiseaux gourmands. Une certaine fête en fond de thème, ne se départit pas de sa joie malgré tout ce qui croit pouvoir trouver une raison de faire du mal. Le bonheur ça vient de là.

Niala-Loisobleu – 24 Avril 2018

30 réflexions sur “Le bonheur, ça vient de là !

  1. Front à front
    lavés des affronts
    et des affres
    ils s’affairent
    follement sages
    à faire ce qu’il faut
    pour les fleurs
    pour les fruits
    les fondations
    aux fenêtres
    fondamentales
    de l’art
    de l’amour
    de la vie
    comme des enfants
    sérieux et familiers.

    Aimé par 1 personne

  2. Ça résonne… ces mots passants
    Les mots en langue de jardins suspendus aux chapiteaux,
    Le crois que j’ai toujours aimé, les découvrant en grattant la terre.
    Ils vont, ils viennent, ils couvent, ils roulent
    Merci de leur donner des formes et des couleurs
    Ils sont là à vibrer, à se donner.
    Le langage des oiseaux en est tout confus

    Merci Niala de ce très beau texte qui me touche

    Aimé par 2 personnes

  3. Toujours un bonheur de croiser tes mots, sortant de mes journées trop occupées.
    J’aimerais avoir le temps d’explorer les recoins de ton jardin…
    Mais pour l’instant je ne peux y poser que le bout d’une aile.
    je t’embrasse
    💜🌺💜

    Aimé par 2 personnes

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s