ROSEURS AURORALES


212548

ROSEURS AURORALES

La nature travestie , trahit le mensonge des jambes qui restent hors du tapis de la marelle. Butées de la voie empêchant d’hâler éclore. Le mal se confond plus souvent au bien dans un indicible profil. Je demande à mon tain de conduire à l’intérieur de mon image. Ne plus donner au tant perdu la majeure partie. Se défaire du passé. Mes yeux fatiguent à rester calés sur un point fixe. Dépasser l’aube, l’hiver permanent, le  brouillard qui pend en stalactites sur la corde linge. L’instant mort-né n’est que Jeûne. J’ai faim. Le jardin s’ébroue avec le chien, la cheminée enfile ses bottes, l’herbe mouillée indique l’estuaire, la montagne est derrière, devant c’est le large. Sous les pieds d’ici ma tête à l’envers de là, ne peut laisser mon coeur figer l’endroit de tout le bleu que fait la tonsure de la forêt en clairière. Un chat se glisse par la chatière en montrant le chiffon rose dans ses moustaches. Au moment où la colline a levé les bras la vallée a placé ses tertres de chaque côté du banc. Feuillées hôtes j’arrive.

Niala-Loisobleu – 13 Avril 2018

10 réflexions sur “ROSEURS AURORALES

  1. Un petit matin dans l’eau de l’herbe.
    C’est doux comme un canard qui file sur son trait au milieu du lac
    on a envie d’être dans son coin
    ¸¸.•¨• 🦋💜🦋

    Aimé par 2 personnes

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s