Les mots peints: Sérénité.


LE DEUIL DES ILLUSIONS PERDUES

Et le souffle de ce vent géant
Anéantit,
L’ espace d un instant,
Dans un sourire flamboyant;

Les racines si frêles
De cet arbuste florissant
Sans se soucier
De ce flot de sève bouillonnant;

Se déversant dès-à-présent,
Sur ce sol aride,
Dépourvu de sentiments
Tel ce torrent dévastateur,
– Ô émotions-;

Dans lequel disparaît
Ce fulgurant foudroiement :
– Ô cruelle déception!-

Cependant,
L’ écho strident de ce cri
Déchirant cette sinistre nuit;

Se perd en vain
Dans les abysses de ce temps
Qui inéluctablement fuit;

Là où une étoile sanglote,
Faiblement,
Accrochée à cet Arbre
Erigé fièrement;

Avant de s’éteindre,
Dans le plus dévastateur des silences,
Inéluctablement!!!!

Oui,
Désormais,
Je me retranche
Dans cet étrange monde
Dénué de sens;

Car seule l’ obscurité ténébreuse
Exorcisera les ravages sans détour
Lié à cette douleur si intense;

Puisque sombre discrètement,
Dans la pénombre,
La clarté de ce triste jour!!!!!

Ô puisse la magie
De cette poudre immaculée,

Dans la plus féerique des euphories,
Cet horizon rebelle et Sauvage plonger

Dans ce douloureux paysage,
Par les illusions perdues,
Endeuillé!

« Le deuil des illusions perdues »
Copyright Joh Hope,23.12.2011

Extrait de: Recueil: « D’Ombre et de Lumière »
Joh Hope

Merci Barbara, toi seule et tes mots peuvent dire la place occupée ici. Soyez les bienvenus, merci.

Lire dit-elle

Voici Sérénité, fruit de ma neuvième collaboration avec le peintre Niala-Loisobleu.

Le texte cette fois a précédé le tableau mais les étapes colorées que j’ai pu apprécier en cours de réalisation picturale m’ont amenée à le revoir afin d’en atténuer le côté sombre bien plus présent initialement et de lui rendre ainsi le solaire qu’il méritait. Merci Niala. Il va sans dire que ce tableau lumineux m’est fiché en plein coeur serein.

p1050624Sérénité – 2018 – Niala – Acrylique s/toile 65×54

Sérénité.

Quand il sera évident

Que la part d’ombre s’accroît

Sur un ciel de poussières et de sentences

Et reste perplexe au seuil du sensible lendemain,

Je prendrai ma mendiante par la main

Et fermerai ses yeux trop grands

Pour que cesse enfin la danse de la faim et du couteau

Et le chant inconsolable au ventre gorgé d’eau.

J’insufflerai la patience  à l’insecte de son corps

Avant de…

View original post 41 mots de plus

13 réflexions sur “Les mots peints: Sérénité.

  1. Le deuil même des illusions perdues ne pourra se faire que sous le soleil de l’exact midi.

    Sans le soleil, en contrebas
    ce qui s’écrit c’est un corps
    dont le soubresaut, dont le souffle
    dont les crocs incestueux
    un corps où se creuse la route
    de quelle plume trempée
    dans les menstrues de quel monstre
    à travers quelle grille caniculaire
    un corps qui s’éboule, éclate
    et s’agrège autour de sa crampe
    à nouveau, et se dresse
    faille du ciel effervescent.

    Jacques Dupin.

    Aimé par 1 personne

  2. Les grandes douleurs seront toujours silencieuses, je ne m’appelle pas Johnny, c’est mon réconfort, je n’aurai pas à regretter d’avoir donné à Macron, du délire de monarque à sa brosse à reluire.
    Merci Barbara., du soleil seul peut me redonner les jambes

    Aimé par 1 personne

  3. C’est beau cette collaboration entre le peintre et la poétesse.
    Je lis toujours avec beaucoup d’émotion ce qu’écrit Barbara. Et ces correspondances baudelairiennes et mystérieuses font du bien, au final.
    Je vous embrasse tous deux
    ¸¸.•¨• 💜🦋💜

    Aimé par 2 personnes

  4. Il n’y pas d’âge pour apprendre le bleu. A tout moment l’Apprenti se rappelle au Maître de toute sa force profane pour le ramener à l’épreuve initiatique. Polissage, polissage, je ne suis que mon lapidaire à apprendre. Passe sous la porte…A nouveau…
    Merci Célestine je t’embrasse pour deux et pour moi, voilà l’étroit élargi…

    Aimé par 2 personnes

  5. La mort vient bêtement quand elle en a décidé. Mourir de soi, par soi d’une autre c’est naître extraordinairement. Lorsque j’ai peint SERENITE j’ai vécu cette mort. Extrême sensation qui transporte à ne douter que d’ici bas. C’est sidérant au point qu’on ne s’en réveille pas malgré le harcèlement étonnement revanchard qui suit. En toute simplicité je dois dire que le grand dérange le petit. La portée de ce poème me tient réellement au cerf-volant qui porte la couleur hors de la couche de l’ombre.
    Merci beaucoup de ta présence Gilles, elle poursuit l’oeuvre commune.

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s