ANDALUCIA 40 ANS DERRIERE – 2


A2-Niala 112 COPIE 2 (2)

ANDALUCIA 40 ANS DERRIERE – 2

Entre les deux Catalogne la gare de Perpignan se tient au creux des vagues, les vitres de la grande verrière voient mieux la nuit que des phares de certaines étapes enfumées, routes où tout ondule, la tôle, bâbord et tribord, la ligne jaune reblanchie, les pierres en chute, attention sortie d’enfants….un train en cache un certain moment un autre. Dali, le voleur de Paul, sa moustache gelée à la bouse me propulse au rouge du noir toro. J’encorne les cours et les salons à la mode, les couloirs de la renommée avec Goya. Je me bats du Chili hébergé.

L’année 1982 se fait sierras, ramblas et grottes gitanes. Lorca est plus vivant que jamais. Sans doute vis-je la révolution au sens intégral…c’est la noyade de la maison avec des années de travail parties  vers d’autres découvertes, c’est vrai j’achève ma sortie terrestre, j’entre en cosmos….Gaudi ça élève…

Les formes encloses appellent au large va Alain, sors  le cheval…l’oiseau te regarde.

Une gare encore sans nom fait son entrée.

Petite fille sur la balançoire,
allant du Nord au Sud,
du Sud au Nord.

Sur la parabole
tremble une étoile rouge,
plus bas que toutes les étoiles.

La nina va en el columpio
De norte a sur
De sur a norte.

En la parabola
Tiembla una estrella roja
Bajo todas las estrellas.

Federico Garcia Lorca dans Ferias, Editions du Félin, 1998.

 

Niala-Loisobleu – 19 Février 2018

Illustration: L’éveil des formes encloses – 1982 – Niala – huile s/toile 100x_81

Collection Privée

2 réflexions sur “ANDALUCIA 40 ANS DERRIERE – 2

  1. Le jour où je reçus le cours le plus magistral de ce que je devais savoir se passa sous la forme de la rencontre avec Paul Eluard. Au sens figuré, mais dans la réalité en permanence à partir de là…Nos attaches profondes dans le cercle surréaliste ont fait bien des parallèles entre nous. Son approche de la douleur humaine, en tout particulier. Jamais ne céder à la mort, malgré le nombre de fois où elle vous a envoyé au tapis, Paul est certainement mon seul vrai Maître en l’occurrence.
    Aujourd’hui Barbara, j’écarte à nouveau la partie grise de la pluie, pour sortir le soleil de derrière. Merci à Toi.

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s