Que de l’amour au sel de gué rendre !


larrain-paris-1959

Que de l’amour

au sel de gué rendre !

Est-ce d’être né des deux plus grands conflits que le monde ait jamais connu que je suis l’écorché d’une paix prétendue ?

La contribution me semble en tous points évidente, les blessures que j’en garde ne cicatrisent pas la mémoire. A mon amour inné, mon acquis n’a pu qu’élargir la tessiture du chant libre. Top de murs ça tient trop debout les poteaux de torture.

J’ai à peindre des colombes en bleu, l’aigle s’est fait trop blanc, les tomettes elles,  devant demeurées rouges de leur feu, j’ai aussi à trépaner l’idée de vengeance pour réduire sa tumeur à néant, ce en quoi je suis et serais  l’innocent d’y croire

ce qui ne pourra couper au rasoir le fil sur lequel je traverse

Un balancier pour l’équilibre d’un espace, pas de parapluie pour excuse de contorsions

Que de l’amour au sel de gué rende !

Niala-Loisobleu – 11 Février 2018

RUMBA DES ÎLES / MARGUERITE DURAS / JEANNE MOREAU


RUMBA DES ÎLES / MARGUERITE DURAS / JEANNE MOREAU

Rumba Des Iles

{Jeanne} Cette lumière ?
{Marguerite} La mousson, dessous : le Bengale
{Jeanne} Cette poussière là-bas ?

{Marguerite} Calcutta Central
{Jeanne} Cette rumeur ?
{Marguerite} Le Gange
{Jeanne} Où est-on ?
{Marguerite} L’Ambassade de France aux Indes
{Jeanne} Il y a comme une odeur de fleurs ?
{Marguerite} La lèpre

{Jeanne} Cette couleur verte, elle grandit

{Marguerite} L’océan Indien
{Jeanne} Ces jonques ?
{Marguerite} Le riz. Elles vont vers le grand Mandel
{Jeanne} Sur les talus, ces taches sombres ?
{Marguerite} Les gens. La densité la plus élevée du monde
{Jeanne} Ces miroirs noirs ?
{Marguerite} La rizière indienne
{Jeanne} Ces lueurs là-bas ? On brûle les morts de la faim ?
{Marguerite} Oui. Le jour vient

{Jeanne} Cet amour ?
{Marguerite} L’amour
{Jeanne} On danse à l’autre bout du hall ?
{Marguerite} Des touristes de Ceylan
{Jeanne} Qu’elle est blanche ! Qu’elles sont blanches les femmes de Calcutta !
{Marguerite} Pendant six mois, elles ne sortent qu’avec le soir, fuient le soleil
{Jeanne} Morte là-bas ?
{Marguerite} Aux îles, trouvée morte, une nuit

{Jeanne} Ce mot ?
{Marguerite} Désir

{Jeanne} Celle qui vient dans cette odeur de fleurs ?
{Marguerite} Une mendiante
{Jeanne} Folle ?
{Marguerite} C’est ça ! Elle vient de Birmanie
{Jeanne} Maigre !
{Marguerite} La faim
{Jeanne} À Calcutta, elles étaient ensemble ?
{Marguerite} Oui, c’était pendant les mêmes années

 

JE ME PROMIS DE NE PAS ME REVEILLER…


07486c8adbb0b8bdcd61cc9e40fd498aj

JE ME PROMIS

DE NE PAS ME REVEILLER…

Prise en façade, l’attitude se met au pas du tout ou bien du plus cadencé

le laitier ne dépose plus les nouvelles d’une humeur engagée, une radio matinale chante « Ils ont tué Jaurès » si bas que la musique est inaudible

pas plus qu’on guette le vitrier et encore moins le porteur d’eau.

Le fleuve porte encore l’haleine des brouillards matinaux, en convoi à l’accostage du quai, les péniches dociles sont prêtes au remorquage. Je rejoins l’enfant dans son Monde qu’aucune carte ne marque encore . Qui dort, un peu beaucoup, plus ou moins, des lignes d’une légende ou de la voix de la promo alimentaire ? Les deux, me dit mon père, à la différence qu’on s’en fait. A la vérité au départ de la démarche l’amour n’a pas fait absence. Ce qui change tient dans le déroulement de la motivation.

Les bateaux passent plus souvent au large du rêve de croisière dans lequel on embarque sa nuit.

Quel falot ne porte pas en lui, plus que l’éclairage d’une prochaine aurore ?

J’étais encore assis au bord du trottoir, les pieds dans la rue, les cuisses en grand-pont, guettant le cantonnier au coin de la rue, attendant qu’il pousse l’eau de son grand balai de bouleau. Mon copain de classe, seul ami d’Ailleurs, en amont au-dessus de nos idées complices, prêt au lancement du jour, tenait les bouchons qui allaient me parvenir.

Pendant ce temps les pigeons faisaient le milieu de la rue avant que les moineaux viennent manger le crottin du cheval du bougnat. Au dessus des sacs de boulets, les petits fagots de bûchettes porteraient bien plus que de la chaleur ordinaire à chaque étage des immeubles…

Niala-Loisobleu – 11 Février 2018

PAR102871