PRISE D’AIR


9b5281376689b25be91d31e44001b6c5

PRISE D’AIR

L’oiseau-peintre se tapit dans le pincelier de la branche la plus nue d’un arbre en mal de fruit, A côté le verger se recueille au bord de la cabane sans qu’aucune préméditation ne s’incline, La clef pend au bout de sa serrure, Le son du silence fait fond,

Toi, Femme, retenue de ton plein-gré ou par un motif de la vitrine m’étant inaccessible, quelle formule magique faut-il sortir du récipient du génie pour t’avoir à portée , Je ne parle pas de la connerie différentielle entre une féministe qu’on sait pu si elle a du poil sous le nez faute d’en avoir à l’origine du monde, Non je parle comme l’égalité naturelle que j’ai complémentaire,

Laisse-moi refouiller ma mémoire, je dois me remettre les points particuliers d’une anatomie qui s’est confondue entre des choses n’ayant rien à voir les unes avec les autres,

Qui a le pouvoir de répondre à la présence non signifiée en dehors du camelot du boulevard ? Hein, si tu sais ben réponds,

L’enfant a une idée de tout qui se pose pas, c’est autrement plus facile à vivre, Déjà qu’on lui met la disproportion de tout à longueur de journée avec des meubles d’une taille telle, qu’il a décidé de ne plus se mettre debout, A croire qu’il aurait eu la prémonition de cette tartufferie qui différencie la bête de l’animal-homme,

Niala-Loisobleu – 22/12/17

8 réflexions sur “PRISE D’AIR

  1. C’est joli un pincelier

    ✫ ✫* *
    ✫ ✫ ✫.★**
    `⋎´✫¸.•°”˜˜”°•✫
    ..✫¸.•°”˜˜”°•.✫
    ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ ˚ .ღ 。
    /▌ *˛˚ ˚ ✰
    ˛˚ ˚ ✰ ˛˚ ˚ ✰
    / \ ˚. ˛ ˚ღღ ✰。˚ ˚ღ。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚ ˚ ★ღ。
    ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

    Aimé par 1 personne

    • Un pincelier ça trempe. Ceux qui trompent c’est des vases mortuaires. L’ailée fente, ma si rose, en me tirant au fond de son bois ne me tirelire jamais, sa lyre à aile, je pourrais dire son héli pore me décolle que j’y vois rien que du pas pillons. Où à dire vrai on découvre le sens moral. Mieux qu’une vitamine C, un boost-tringle, une roulette-russe qui te fait le barillet st-bernard. Un truc de montagne, pourtant j’aime pas la neige, mais le chien j’peux pas m’en démentir la filialité, j’en suis une meute à moi tout seul quand je me lâche.
      Ce brouillard qui règne tant dans les esprits qu’il finit par se montrer partout. Dans les champs. les petits chemins, le rivage, c’est l’outre-manche, la méconnaissance du système mes triques, un comble… Je recours à l’enfant, un point c’est tout Céleste créature, mer porteuse, ô séant des montées pas mécaniques, le contre-poison des mi-graines.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s