Le Bateau Givre


patternprintsjournal13alberto_seveso

 Le Bateau Givre

Désespérant de t’apercevoir

je retapisse de mémoire les trous de serrure.

Au chevet la lirette prise dans les pantoufles

se tapie

Rien que tu n’aies laissé givrer au carreau

l’ongle s’y casserait

impossible d’écobuer l’haleine

pour sauvetage.

Les bois ont le souffle coupé

c’est encore l’automne

on se croirait avancé en hiver

sans un grog minet à se glisser autour de la gorge

Le  sein du jour tombe au genou

prière

ou

 dernier signe de prostration

Le sauvage s’enfuit

domestiqué à l’aliénation d’un affect rendu frigide

alors qu’il crépite de craquements d’étreintes enflammées

dans l’âtre que je connais.

Niala-Loisobleu – 3 Décembre 2017

 

LA BOÎTE A L’ÊTRE 29


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 29

 

NOUVEL ELAN

– A l’an vert c’est mieux pour pédaler, tu laisses la bécane au poteau, attachée au terre à terre, et tu montes sur le vélo de la mare, que tu prends soin de détacher des barrières, comme il se doit pour re-rentrer dans ta propre histoire.

– Mais après où c’est qu’tu vas, si tu sais pas nager ? T’as le don d’un Dom pair mignon, qui joue de sa bulle pour champagniser le galet en sable blanc d’une plage de micro sillon. Lis dans un univers d’Ailleurs, façon groseille à sauter le cassis. T’as donc pas d’gendarme couché dans ton parcours. Tu peux aller par le mail comme un messager sans air messe.

– Pas de sermon, quand t’aime, mon Pt’it-Gars. T’embrasse du dedans de la poitrine et tout d’suite sans avoir ni touché, ni r’gardé tu sais si les seins sont vrais. Le faux néné c’est que du faux-cul qui pose son étal en plein marché de nos ailes. Tant ça reluit que ça laisse que des strass suspectes au fond du protège-culotte.

– Faut toujours se méfier de Twoo alors ?

– Et pas qu’un peu ! C’est un club d’anciennes radeuses que la loi a rabattu sur le web. Elles te font toutes le coup du : » Avant de vous aborder, j’étais déjà toute mouillée, c’est dire comme l’admiration que tu me suscites m’inonde d’ondes porteuses ».

– Comment et qui peut-on croire alors ?

– En premier lieu toi. Mais pas de vent la glace, en plein dans le miroir, pour que tu changes pas le tain de ton âme.
T’es responsable, joues ton rôle pour de vrai, des deux côtés des cous lisses. Tu es l’auteur et l’acteur, la scène et le rideau, le décor et le souffleur. Laisses le public en dehors, t’es pas v’nu t’faire applaudir, sinon tu t’f’ras juste reluire, comme le paon des trois coups qui ne se meut qu’au brigadier bien frappé.

-Mais c’est pas possible d’être le tireur de ficelle et la marionnette, pour saluer la foule faut que j’ai l’égo flatté au premier rang, sinon j’entrave…

– Voilà bien là que le problème est. T’entrave que dalle, T’es qu’un cabot qu’aboie pour rien, sans savoir pourquoi, au mauvais endroit.
Vois-tu mon p’tit-vélo, il sort de la route défoncée, toujours en travaux, d’impasse et perd, que c’est que la perpétuelle exode du chien qui se mord la queue. Le sol a besoin d’ô, pour boire la liberté d’être son devenir, il reflète alors un espace dégagé d’embouteillages, c’est que j’suis qu’un moineau d’Paris, que le mutuel attire sans ses bourrins attelés, sans ses faux-problèmes qu’ils soient de couple ou d’un dit vie duel.
J’me pose sur l’air le jabot palpitant, comme un p’tit nouvel élan avec ses voeux sincères et les meilleurs.

Niala-Loisobleu
29 Décembre 2013

 

PatternPrintsJournal02Angel Chen