Dire la dada


RobertFrank

 

Dire la dada

 

Le tain pâle d’un jour ordinaire balance son raisin sec sous la treille. Ses bas troués chaussent le boitillement faisant bon ménage avec la canne. Le bègue de lièvre ne saurait conter les spasmes troublants des garrigues à l’ouverture des pores tiers.

Ce relent de saut à la perche tire son élan de toutes ses forces. L’instinct du refus conservant une trace de mémoire. Mot d’espoir qui cherche l’orthographe du sans faute.

Sous les fleurs non-sevrées du corsage, la forge tient la braise. Du cou il faut bien fer quelque chose de l’enclume.

Comment dire à un enfant qu’il n’aurait pas du venir au monde ?

Niala-Loisobleu – 20 Octobre 2017

 

7 réflexions sur “Dire la dada

  1. Ainsi fond fond le tant me direz-vous. C’est sûr répondrai-je. Il faut dire que le bardé d’optimisme ne peut échapper au tour ment. Individuellement on est plus fort qu’en groupe. Paradoxe de l’union.
    Merci levoyageursolitaire.

    J'aime

    • Les nuées que la vigie voit en criant l’éther, ça me botte !
      Dans ce brouillard humanoïde on reconnait même plus le genre de la différence originelle. A ce cogner le bulbe dans un pot de cambouis où rien ne fleurit.
      Merci et bonne fin de journée.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s