Moment d’un plant


Moment d’un plant

Un bord de route ourlé d’arbres, un carrefour ouvert sur la mer, un sentier à faire et voilà l’odeur des bruyères qui se fraie le passage d’un pas joyeux. Les marchands de chichis rincent les huiles rances pour les prochaines vacances. Chambre allouée, le papier-peint bleuit dans les bouquets des draps du lit.

Derrière la porte, la pierre d’âtre feuillette les crémaillères. Le ventre bat quand  passe un vol d’oies sauvages

Entre le haut et le bas d’une route en pente, des pans de troncs laissent échapper des cimes d’arbres dans les trouées de la brume en suspension.

On dirait une perspective à tracer dans son destin. Rien est jamais fini

Il faut des berges pour percer la sortie des estuaires

Quelquefois, la touffe où l’iris croît, est posée sur un granit au fort caractère, impétueux, voire têtu, qui sans réfléchir s’oppose à la montée des tiges. Il est préconisé d’adopter le dialogue du silence, sans cesser un seul instant de croire en sa conviction. Les choses mal embarquées se noient d’elles-mêmes.

Niala-Loisobleu –  4 Octobre 2017

 

f03853cf7994e0ec00299aad60923145

 

6 réflexions sur “Moment d’un plant

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s