PERCEE BLEUE DE TON OEIL VERS


img_66896290657438

PERCEE BLEUE DE TON OEIL VERS

Pour te trouver

tendre la main ne donne rien

il y a l’être là

tout entier

plus vivant

que le rasséréné donné par l’objet présent

Au-delà du calme bousculé

que les pas écrasent du trop pressé

collée à dermes

toi tu es

où que je sois

Au banc des phoques d’une sortie en mer

au carrefour du monde dans une rue du Luxembourg

au parvis d’un forum des halles

aux soupirs des gondoles

propres à la place St-Marc

Et en corps juché sur le rocher

battu par un vent rapprochant

aux oliviers de Filitosa

Ton odeur longe les pierres

grimpe

en se frottant aux marques humaines

froissant la graine à l’ouvrir

pour aller au bord de la rivière boire le ponton

embarcadère de l’estuaire

Qui mieux que toi

saurait extraire le goût du fond de la chair

dans la souillure du sédiment

et m’en enduire

couchée à plat-ventre

à chacun de mes pores

Qui sauf toi

ne laverait pas les draps de nos ébats

pour garder sous les yeux le cerne de leur bleu

et les plis de leurs écumes

Je te garde loin

pour t’avoir en tout

intégrale en moi

plus près

marquée des lignes de mes mains

peintes à l’aquarelle de ton désir

sur mon châssis tendu de lin

Réalité-vraie

de la fission cellulaire d’un noyau

toujours en germe

en dépit des apparences d’une fausse notion du sentiment vif

de l’absolu

Tu es la porte d’une cabane suspendue

où l’énergie bâtit la rampe de l’escalier

Eternité transcendantale

que la mort incorpore sic

sans éteindre les feux

du Tout

que nous sommes devenus

par notre seule volonté

de nous tenir près loin

pour nous rejoindre au plus vite

Niala-Loisobleu – 9 Janvier 2017

9 réflexions sur “PERCEE BLEUE DE TON OEIL VERS

  1. Majestueux mais non au service d’une quelconque majesté mon bateau se balance des records de traversée, comme moi, il trouve plus agréable de prendre tout son temps…

    Merci Boris.

    J'aime

  2. Quand la coquille a poussé son cri, ses seins ont jailli dans l’intention de livrer le reste de son corps à ma vue. Pas un coq pour se dandiner, ni une poule pour glousser, toute la poulaille en avait le souffle coupé. On sentait émaner de sa nudité, l’intime révélation qui ne pouvait user des combines de l’exhib en cabine. Chaque parcelle de son anatomie ajoutant sa propre émotion à l’ensemble…
    Merci Rolland.

    J'aime

  3. Je suis d’un lieu où créer n’a rien d’un plan caché derrière la tête. Un Atelier, une Cabane, sont les macérateurs des baumes qui font couleur à mon Coeur.
    Merci Lyse.

    J'aime

  4. Comme ce Lundi s’entête à vouloir ressembler à un Lundi et que ça m’emmerde vu que la gueule ordinaire du Lundi est à chier, je vais dire aujourd’hui c’est l’un dit, c’est moa.De facto, c’est une percée bleue formatrice. L’hymen à la folie qui perce d’un bon en avant.
    Je t’embrasse, comme sans rien ranger on s’y r’trouve Célestine !

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s