ATELIER & MURMURES 1


img_1416

ATELIER & MURMURES 1

Esquisse dans le noir à la craie bleue

Au creux de quelque vague il peut se trouver que l’annonce des oiseaux n’ait pas été vue. Mais sans doute a t-elle été simplement faite différemment.Au métrage du lin comme au poids de la peinture, la surface que t’as couverte pèse des tonnes. Entre ta première résidence, la seconde à marqué toutes les autres. Fut d’abord un cheval dans les années 50, sans que depuis tu te sois arrêté. Les coups de freins ont fait le trait d’union, genre muse hic qui accompagne en bruit de (font) trois p’tits-tours et puis s’en vont. Entrent en gare les pertes au front des batailles mesquines de la vie. Confisqué d’enfants pas qu’à Noël voilà un tableau que t’as dupliqué tellement de fois que la vue du premier sapin te fait mordre du renne, du traîneau et des tintinnabulants de l’équipage. J’ai froid aux doigts d’un tel mal de do, que j’en arrive pas à tenir la palette dans l’expression des pinceaux. Un mauvais silence. Quelque chose qui a sauté dans la transmission. Dans la rue l’envie de shooter dans la gamelle se fait terriblement sentir.Sentant sans que la distance ait jamais altérée mon oeil, le fait que maintenant j’ai les deux qui baignent dans l’acide n’y est pour rien. C’est pas de là que ça vient. Le climat général est un peu plus désespéré chaque matin. La vie d’un homme ça coûte moins cher qu’un chiot qu’on attachera à un arbre, les vacances venues. Puis il y a cette accoutumance à la haine; qui fait qu’on est beaucoup plus tolérant qu’avant sur la pire entourloupe qui te viendrait pas tout seul à l’idée, si on avait pas les médias. Acheter, acheter, à jeter…toujours plus, ça ne sert pas de leçon, ça permet juste aux massacreurs d’Amazonie de couper le souffle aux indiens et à la terre pour élire des p’tits z’hommes-verts qui protesteront pour la forme.

-Non Bouffi, me demande pas comment je fais pour avoir que de l’Amour dans mon occupation première, sinon…

Le truc de la page blanche c’est le pire dans cette lutte permanente contre la contradiction qu’on est soi-même. Tu as la boule dans la gorge, le coeur en exil, la foi de mort hue, t’as mal d’un manque d’essence ciel. T’es presque arrivé au mec ordinaire….j’te dis pas la trouille, tu te mets à te voir aimant les gros qu’en profitent, les macs qui foutent les femmes au turf, les terroristes qui explosent leur bagnole, le roi qui s’adoube au dictateur pour néantiser une population, le négrier qui s’enrichit au trafic d’émigrants, enfin merde la cata jusqu’aux écoles où on fait séjourner des enfants jusqu’à bac+6 pour plus savoir lire ni écrire…

Enfin quoi merde c’est Noël !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Niala-Loisobleu – 22 Décembre 2016

7 réflexions sur “ATELIER & MURMURES 1

  1. « Le truc de la page blanche c’est le pire dans cette lutte permanente contre la contradiction qu’on est soi-même. Tu as la boule dans la gorge, le coeur en exil, la foi de mort hue, t’as mal d’un manque d’essence ciel »
    C’est tellement ça ☺ bravo et bonne soirée

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s